Comment isoler thermiquement sa toiture?

La toiture  permet de protéger la maison des éléments extérieurs, que ça soit des polluants ou des aléas du climat. Toutefois, pour renforcer sa performance, surtout vis-à-vis de la variation de température extérieure, on ajoute un matériau isolant.

Qu’est-ce qu’une toiture ?

La toiture est une structure architecturale qui se trouve au sommet d’un bâtiment. Elle est principalement composée d’une charpente et d’une couverture. C’est grâce à ces deux éléments que la toiture assure sa fonction. La charpente joue le rôle de porteur. C’est elle qui supporte les charges de la couverture (son propre poids et les charges extérieures). Elle les redirige ensuite vers les ossatures du bâtiment qui sont les poteaux et les poutres. Pour arriver à ce résultat, le couvreur professionnel  fait des calculs pour dimensionner et donner une forme à cette structure.

Quant à la couverture, elle reçoit les charges extérieures engendrées par les agressions climatiques. La couverture, visible de l’extérieur, épouse la forme de la charpente. Pour résumé, une toiture est une structure complexe élaborée par le couvreur, qui, se trouvant au sommet d’une maison, assure un rôle d’écran de protection contre les agressions climatiques (chaleur, vent, neige…) et les charges qui les accompagnent. En plus, elle assure un rôle de décoration grâce à son esthétique qui embellit la maison vue de l’extérieur.

Qu’est-ce qu’un isolant thermique ?

Tout d’abord, il faut savoir qu’un isolant est un matériau qui limite les échanges d’énergie entre deux systèmes. Ces énergies peuvent être thermiques, mécaniques, électriques et phoniques.

Un isolant thermique est alors un matériau qui s’oppose aux transferts thermiques (chaleur). Grâce à sa faible conductivité thermique, on a eu l’idée de l’appliquer dans le domaine du bâtiment. Dans le cas qui nous intéresse, on l’applique au niveau de la toiture. Le couvreur la place sous la couverture pour éviter des fuites, soit des pertes de chaleur, soit des gains de chaleur.

En ce jour, on maximise le gain d’espace aménageable dans un bâtiment. La pièce sous la couverture, là où se trouve la charpente, fait partie de ces espaces. Selon vos besoins, un couvreur professionnel peut faire en sorte que cette pièce soit assez spacieuse pour être utilisable. Par contre, la surface n’est pas le seul paramètre à respecter, il faut aussi isoler la toiture thermiquement. C’est là que rentre en jeu l’isolant thermique. Il offrira un confort thermique dans l’environnement de la pièce.

Quelles sont les normes en vigueur ?

Pour ce procédé, les normes en vigueur sont :

  • une résistance thermique minimale de R = 3,68 m².K/W
  • une résistance thermique minimale de R = 4,83 m².K/W minimum afin d’obtenir des économies d’énergies conséquentes.
  • Pour une maison passive, il faudra prendre de préférence une isolation thermique permettant d’atteindre un R = 10 m2.K/W

Ces chiffres peuvent dérouter les amateurs, mais ne vous en faites pas. Ce couvreur expérimenté dans le 89 par exemple, peut vous les expliquer en détail.

Quels sont les matériaux utilisables ?

On peut trouver plusieurs matériaux d’isolation sur le marché. Par contre, les caractéristiques de ces dernières peuvent varier et il faut aussi prendre en compte le type de couverture que vous avez adopté. Pour plus d’information, nous allons décrire quelques-uns :

  • Les laines minérales, pouvant être en laine de verre ou de roche, offrent une bonne isolation thermique et sont faciles à poser. Cette laine étant relativement profitable du point de vue qualité-prix, est principalement utilisée sur les toitures inclinées, les murs creux et les sols de grenier.
  • Les laines écologiques, quant à elle, peuvent être des laines de mouton, des flocons de papier, des pailles de bois, des plaques de liège granulées et des fibres de chanvre. Elles permettent de contribuer à une construction écologique. Elles disposent d’une très grande capacité de stockage de chaleur et sont ouvertes au vapeur (on les connait aussi en tant que « freine-vapeur »).